Voyage Evasion Ecrits tôts Odyssée Oser

Remerciements à un mentor bienveillant

"Mais que diable allait-il faire dans cette galère ?" .

C'est cette réplique d'une pièce de Molière qui remonte à la surface de mes souvenirs de collégien de 5ème, et qui me semble bien appropriée pour commencer à évoquer les premières impressions et les peurs associées de se retrouver dans la posture de "leadership" sans l'avoir demandé par un "mentor" bien intentionné et attentionné, et très motivé. Pas facile. Dans un premier temps, après avoir énoncé un premier refus, j'ai pris la décision d'accepter ce défi challenge. Non pas pour me distinguer de mes camarades, mais parce que j'ai "senti" une irrésistible envie de sortir de ma zone de confort. D'ailleurs cette expression ne me convient pas tant. Je préfère la notion plus rassurante et plus optimiste de me dire qu'en fait, je souhaite élargir ma zone de confort. Partir en voyage, faire de multiples et nouvelles rencontres. Et notamment poursuivre d'écrire, tôt le matin, de bonheur et de bonne humeur. Alors une fois de plus merci mon cher mentor de me permettre de me livrer à cette petite gymnastique matinale. J'aime particulièrement les premières heures, celles qui succèdent au lever physique pour me livrer à cette pratique. Je parle de lever physique car en réalité ce sont les mots qui me sortent du lit. Ceux qui me parviennent et m'indiquent qu'il est temps de les poser, afin de les soumettre à d'autres regards que le mien. C'est aussi un bon moment que je m'accorde dans la roue de mes "domaines de vie". A chacun son organisation. Il n'y a pas d'heure pour se payer une part de camembert. Un peu d'égoïsme, mais attention à l'égocentrisme qui n'est jamais très loin de ce dernier. Ce qui importe c'est désormais que je m'y retrouve. Il faut dire qu'avec presque trois décennies consacrées à me rendre au secours d'autrui et ce quelle que soit l'heure du jour où de la nuit, mon domaine personnel a été largement piétiné. A coups de bottes d'incendie en plus. C'est du lourd, mais c'est surtout parce que je l'ai bien voulu et surtout passionnément entretenu. C'est ainsi, aucuns regrets, juste des progrès à effectuer. C'est pour ça que j'ai relevé ce défi, afin de maintenir un cap, tenir la barre de ma propre destinée, contre vents et marée, mais surtout afin de donner du sens et du plaisir à ce que je fais, ce qui m'anime, celui que je suis. Attention, "suivre" et "être" ont la même conjugaison à la première personne. Soyons donc vigilant...et bienveillant aussi à l'égard des uns et des autres. Les guides, les mentors, les maitres, les élèves, les coachs, les co-coachs...en fait celles et ceux qui font partie de nos différents domaines de vie respectifs. Là est l'enjeu. Et qui dit que nous ne soyons pas tous, à différents moments de nos tranches d'âge, dans ces différentes postures et selon le domaine de vie concerné ? Voilà pourquoi ma conviction profonde à ce jour est que nous ne sommes qu'un. Et lire et lier s'écrivent avec les mêmes lettres n'est-ce pas ?

Tout autant que re-lire et re-lier ! Ah le pouvoir magique de l'écriture.

Alors ce départ en voyage me direz-vous ? Qu'en est-il ?

Pour dire vrai il a failli s'échouer lors des premières manœuvres de la sortie du port. C'est un peu comme sur un avion, ce n'est pas que le vol qui est délicat, mais aussi les phases de décollage et d'atterrissage, c'est un tout et petite parenthèse au pas-sage, le tout vaut bien plus que la somme des parties qui le composent...et là ce n'est pas un avion ni même une petite barque qui a quitté ses amarres, mais une fusée, un satellite lancé par un mentor chevronné...Il fallait donc un grain de folie pour dire OUI sans savoir, et je l'ai trouvé comme le germe d'une sagesse que j'ambitionne de cultiver. Sachez qu'une sorte de yin et de yang m'anime entre folie et sagesse...et j'adore ça. Alors passés les premiers maux de mer, lorsqu'il a fallu remonter l'ancre et jeter l'encre sur ce défi, la bonne nouvelle est qu'à présent le phare du port est derrière et qu'il fait bon prendre le large...Des petites chaloupes sont encore disponibles à tout moment pour accueillir des marins intéressés pour prendre part à ce voyage. Et puis des liens vont continuer de se tisser de forums à forums, de salons en salons, de rencontres en rencontres, pas d'inquiétude, et surtout, place à l’inattendu.

Direction la zébritude...c'est un endroit peuplé de drôles de bestioles parées de rayures et qui parlent un curieux langage ...Je vous en dirai un peu plus la prochaine fois...à moins que quelqu'un veuille bien s'exprimer sur ce sujet ? Sortir du troupeau ?

 

Ulysse, Report’Air de Paix